JULIE ROSS . le bic

Arriver au village du Bic en voiture est toujours majestueux.  On dirait qu’il fait toujours soleil dans ce village situé tout juste à l’ouest de Rimouski. Parfois aussi, pour le plaisir de nos yeux, une jolie brume recouvre doucement les îles, comme si elles voulaient se faire admirer encore plus et se vanter d’avoir poussé dans l’un des plus beaux endroits du Québec.

Maintenant, je peux aussi dire que le petit coin de paradis de Julie Ross ajoute au charme plutôt populaire du Bic. Cette partie du village est moins fréquentée, plus intime. Ça me semble le cadre parfait pour Julie, une femme qui m’a parue réservée, chaleureuse et contemplative et qui a le parfait terrain de jeu pour cultiver ses multiples talents et intérêts reliés à la nature.

Julie Ross Le bic Rimouski jardins de Julie atelier camion photographe

Julie est artisane semencière et opère une savonnerie artisanale, le Jardin de Julie. Elle crée de petites merveilles qui sentent bon et prépare patiemment des dizaines de semences adaptées au climat de l’est du Québec. Mon premier petit jardin, je l’ai semé l’an dernier avec ses semences de légumes et de fleurs. Moi qui avais l’impression de n’avoir aucune trace de vert sur le pouce, j’ai réussi à faire pousser plein de belles affaires. J’ai tout aimé, mais les Pavot roses de mon voisin m’ont particulièrement plu. Des beautés!

Ainsi, comme une évidence, le temps était radieux lors de ma visite chez Julie. On a discuté à l’extérieur, avec son bébé juste à côté.

J’ai aussi pu admirer les belles rénovations qu’elle et son amoureux ont effectuées de leurs mains et qui ont rendu leur demeure tellement lumineuse et accueillante. L’atelier de Julie était tout petit, mais débordant de bonnes odeurs et de petites enveloppes renfermant des petits trésors de toutes les grosseurs qui n’attendent qu’à être mis en terre. 

Voici Julie Ross.

Julie Ross Le bic Rimouski jardins de Julie atelier camion photographe

.01

QUI ES-TU? QUEL EST TON MODE DE VIE?

Je suis Julie, du Jardin de Julie. Je produis des semences rares et du patrimoine adaptées à l’est du Québec. J’ai également une savonnerie artisanale inspirée des plantes du jardin. Je suis maman de deux bébés loups et j’ai également un travail en environnement à Rimouski. J’aime aussi faire du ski de fond et de l’escalade. J’ai 34 ans.

.02

QUI PARTAGE TA VIE? 

Louis, qui a 6 mois, Jeanne, 3 ans, Jean-Charles, mon conjoint qui est un grand sportif et comptable. Il aime faire des choses de ses mains, et comme on a souvent de grandes ambitions pour nos moyens, il faut qu’on apprenne à se débrouiller pour y arriver par nous-mêmes. 

Julie Ross Le bic Rimouski jardins de Julie atelier camion photographe
Julie Ross Le bic Rimouski jardins de Julie atelier camion photographe

.03

PEUX TU ME PARLER DE TON OCCUPATION PRINCIPALE, CE QUE TU FAIS DANS LA VIE?

Je dirais que ma tête et mon coeur vont vers ma petite entreprise. Lorsque je travaille à temps plein au Ministère de l’environnement, j’y fais plus d’heures, mais dès que je suis en pause, ou que je dîne, je pense à mon entreprise. C’est ça qui m’habite. 

.04

COMMENT ES-TU ARRIVÉE OÙ TU ES DANS TA VIE ACTUELLEMENT? PEUX-TU ME DÉCRIRE TON PARCOURS, LES MOMENTS CHARNIÈRES QUI T’ONT MENÉE JUSQU’ICI? COMMENT AS-TU CHOISI CETTE VOIE?

Je viens de Matane et j’ai toujours aimé la nature, le plein air. J’ai toujours été attirée par le jardinage, par les plantes sauvages médicinales, par l’idée de faire des remèdes avec ce qu’on trouve en nature. Je fais des jardins depuis que j’ai 6 ans. Mes parents n’en faisaient pas vraiment, c’est moi qui ai eu envie d’avoir mon carré à cet âge. À partir de 15-16 ans, j’ai commencé à ramasser mes semences.

Je voulais être fleuriste quand j’étais jeune, mais j’ai finalement fait des études en environnement, avec des idéaux de jeunesse de changer ça… Mais après 11 ans en environnement, tu comprends qu’il y a des choses que tu peux changer et d’autres qui sont hors de ton ressort. 

Après 11 ans au travail au même endroit, je trouve que la vie a passé vite. C’est ce qui me pousse à mettre de l’énergie dans mon entreprise pour qu’elle soit un jour une plus grande source de revenus. J’ai fait beaucoup de voyages, je suis descendue jusqu’au Mexique en van, j’ai fait de l’escalade, j’en ai profité. Je suis maintenant rendue à l’étape «enfants» ! 

Je n’ai pas nécessairement eu de moment charnière, mais j’ai eu un jour le goût d’avoir une autre source de revenu que mon travail, quelque chose qui allait m’apporter quelque chose de différent, de plus positif. Le Jardin de Julie comble mon côté plus artistique: fabriquer des choses de mes mains, faire pousser des choses. Un jour une amie m’a dit que je devrais vendre mes semences et mes savons et elle avait raison! Je vends maintenant des semences partout au Canada. 

.05

SELON LES JAPONAIS, L’IKIGAI EST UNE RAISON D’ÊTRE, DE SE LEVER LE MATIN, D’AIMER LA VIE, D’AVANCER, LE BUT DE NOTRE VIE. AS-TU TROUVÉ LE TIEN? 

Quand tu as des enfants, la réponse vient facilement: je suis là pour mes enfants! Mais sinon… difficile à dire. J’aime la nature, je trouve ça important de préserver l’environnement. 

.06

QUELLES SONT TES VALEURS?

Le respect. Des autres, des choses, de la nature. 

La transmission. Enseigner des choses aux gens, transmettre des connaissances. Poursuivre le travail de préservation des semences. Préserver cet héritage naturel, c’est très important pour moi. 

L’amour. Les gens qui sont autour de moi sont très important, et je tiens à leur dire à chaque jour. La vie est fragile. J’ai subi beaucoup d’opérations quand j’étais jeune. Je n’étais pas supposée me rendre où je suis. J’apprécie beaucoup la vie, à tous les jours. Ça fait que je suis intense, que je remplis mes journées de plein de trucs. 

Julie Ross Le bic Rimouski jardins de Julie atelier camion photographe

.07

QU’AIMES-TU LE PLUS DE TA VIE?

De pouvoir décider autant que possible ce que je fais de ma vie, à travers toutes mes obligations. Je ne le ressens pas présentement parce que je suis jeune maman, mais  j’aime la liberté. J’aimais pouvoir décider tout d’un coup d’aller au Pérou, par exemple.  On a continué de voyager avec les enfants. On l’a fait avec ma plus grande (en randonnée en Corse et en vélo à Cuba) et on le fera avec le petit aussi. 

.08

QUE TROUVES-TU LE PLUS DIFFICILE DANS TA VIE?

D’être obligée de travailler pour avoir de l’argent, en plus d’opérer mon entreprise!! Parce que je serais vraiment heureuse si j’avais seulement mon entreprise et mes enfants. Deux emplois, une famille et une vieille maison c’est beaucoup! Je trouve ça vraiment dur d’être obligée d’aller travailler 4 -5 jours par semaine et d’avoir mon entreprise en plus.

Avant que j’aie des enfants, je dormais 7-8 heures par nuit. J’avais l’énergie d’affronter les contrevenants (au travail), de leur expliquer les règlements. C’était comme un défi. Aujourd’hui, quand ils se mettent à s’énerver, il y a du Bob Marley qui joue dans ma tête et je me dis: «pourquoi tu t’énerves? Ça vaut tellement pas la peine!». Ça fait ça à plusieurs mamans que je connais qui travaillent dans des jobs similaires… C’est certain que le manque de sommeil, ça change des choses dans un cerveau!

.09

QU’EST-CE QUE LE SUCCÈS POUR TOI? L’AS-TU ATTEINT?

D’être heureux. De sentir qu’on se donne la chance de l’être. D’être bien avec soi-même. De se coucher le soir sans avoir de regret. De garder la santé. D’apprécier ce qu’on a, même si on n’a pas tout ce qu’on voudrait. 

Si je pense l’avoir atteint? Ça dépend des jours! 

.10

QUELS SONT TES RÊVES, DES PLUS SIMPLES AUX PLUS FOUS

Pour moi: de vivre de mon entreprise. D’avoir plus de temps pour faire de l’escalade, que j’ai mis de côté. J’ai des projets secrets de montagnes que j’aimerais escalader et c’est important pour moi de le réaliser un jour. 

Pour ma famille: d’être une maman qui aurait son entreprise et qui aurait plus de temps, ce serait chouette. Je veux que mes enfants soient en santé, qu’ils s’émerveillent devant la nature et toutes les petites choses simples. Je veux qu’ils grandissent bien et s’épanouissent dans un bel environnement. Qu’il deviennent ce qu’ils veulent. 

Pour le monde: un peut comme tous les «hippies», j’aimerais que le monde arrête de se battre, de violer des femmes, de tuer des enfants… Je n’écoute pas les nouvelles parce que ça m’affecte trop. Je ne comprends pas comment la solution peut être de tuer du monde, de faire mal. Je ne comprends pas non plus comment des gens meurent encore de faim, en 2017, sur notre planète. Plus près de moi, j’aimerais ça que les gens consomment plus intelligemment. Parce que ce qu’on achète, ça a un impact. 

.11

QUI SONT TES MODÈLES?

Je n’ai pas vraiment de modèle… 

J’aime les femmes qui grimpent. Je les trouve hot!

.12

AS-TU VÉCU DES MOMENTS D’ÉCHEC? COMMENT T’ONT-ILS PROPULSÉS?

Oui, j’en ai sûrement plein, mais je ne focus tellement pas là-dessus que mon cerveau les efface.
Les fois où je tombe, je me relève et j’y vais juste deux fois plus fort. Je suis une battante. Je m’accroche, c’est impressionnant. Ça me vient de mon enfance, où je me faisais opérer et où tout était incertain.
À 10-11 ans, j’étais supposée subir ma dernière opération au coeur. Mais le lendemain de mon rendez-vous, c’était l’été, le ciel était bleu dans la fenêtre. Le médecin m’ausculte et il dit que ça n’a pas marché. Ce fut le pire moment de ma vie. Si j’avais pu, je me serais levée et j’aurais sauté par la fenêtre. J’avais de la peine, de la rage, je trouvais que c’était injuste… Je me suis fait opérer à nouveau, je n’y croyais plus, mais ça finalement marché. 

La cicatrice que j’ai sur la joue, c’est un autre problème. J’avais une grosse veine bleue qui sortait sur mon visage. Enfant, on m’a beaucoup intimidée à cause de ça. À chaque jour, jusqu’au secondaire. J’ai eu une enfance difficile, alors je crois que ça m’a propulsée. 

.13

QU’EST-CE QUI TE REND LE PLUS FIER DANS TA VIE, AUJOURD’HUI?

De tout! Quand j’étais plus jeune, je rêvais d’avoir une maison, un jardin, des enfants, un beau chum que j’aime. J’ai tout ça! Je suis aussi contente de me réaliser avec mon entreprise.

.14

QUELS SONT TES PROJETS?

Des projets d’escalade. Je regarde ça tranquillement.